Je gebruikt Internet Explorer. Deze site werkt het best op een recentere browser zoals Chrome, Firefox of Safari. Lees hier meer

Nous travaillons aux nouvelles expos. Certaines salles sont fermées jusqu’au 16 mai.
Ouvert aujourd’hui de 09:30 à 17:30
préparez votre visite

Connaître, nommer et évaluer vos plastiques

Un projet international sur l’identification et l’entretien des collections du Design Museum Gent et du S.M.A.K.

Contexte

Design Museum Gent et S.M.A.K. conservent respectivement quelque 3500 et 450 objets entièrement ou partiellement fabriqués en matière plastique. Avec ce projet, notre objectif est d’acquérir de l’expérience en matière d’identification et de surveillance des matières plastiques présentes dans nos collections. En les identifiant correctement, en sachant quels soins spécifiques elles requièrent et en contrôlant systématiquement leur état, nous sommes désormais à même de prendre des mesures de conservation durables et adaptées à chaque pièce des collections.

Le projet a vu le jour grâce à une subvention du Gouvernement flamand dans le cadre du Décret sur le patrimoine culturel. Il se déroule en trois phases : 1.10.2018 – 30.6.2019, 1.7.2019 – 30.6.2020, et 1.7.2020 – 30.6.2021. Nous collaborons avec trois partenaires internationaux, à savoir le du patrimoine culturel des Pays-Bas (RCE), l’institution scientifique fédérale belge qu’est l’Institut royal du patrimoine artistique (KIK-IRPA), ainsi que le Cologne Institute of Conservation Sciences (CICS) de la TH Köln.

1999-0030

Trois phases

Phase 1: 1.10.2018 – 30.6.2019


Développement et mise en œuvre d’un thésaurus des matériaux et des techniques ainsi qu’une liste claire de dommages spécifiques aux matières plastiques

Au moyen d’un thésaurus des matériaux et des techniques, nous voulons archiver les matières plastiques d’une pièce de collection donnée d’une manière uniforme et nuancée dans Adlib, notre base de données des collections, et rendre celle-ci plus facile à consulter. Une enquête a révélé qu’aucune des institutions de premier plan possédant une collection comportant des matières plastiques ne dispose actuellement de thésaurus suffisants. Bien souvent, elles n’utilisent pas de glossaires hiérarchisés ou se contentent de reprendre les termes de l’Art & Architecture Thesaurus (AAT).

Nous constituons deux thésaurus bilingues (anglais et néerlandais), que nous essayons d’intégrer partiellement dans l’AAT et / ou dont nous associons si possible les termes aux URI persistantes de l’AAT ainsi qu’à des termes, marques et abréviations alternatifs. Nous collaborons avec le CICS de la TH Köln pour les versions anglaises, et ils adapteront également leurs glossaires allemands à nos thésaurus. Nous utilisons un tableur Google sur Dropbox, dans lequel les institutions collègues peuvent ajouter des traductions de termes. Afin d’arriver à des thésaurus complets, nous menons des recherches approfondies sur les types de matières plastiques, les techniques de production et de finition, les variantes de noms et les orthographes. Nous rédigeons également des scope notes indiquant notamment la composition et les apparences du matériau, depuis quand un matériau est présent sur le marché, comment une technique fonctionne et peut être reconnue, etc. Nous testons les premières versions des thésaurus au cours des phases 2 et 3 et les adaptons si nécessaire lors de l’identification proprement dite des matières plastiques (voir ci-dessous).

Nous établissons en néerlandais une liste uniforme des dommages que l’on peut observer dans les collections comportant des matières plastiques. Pour cette liste, nous nous sommes basés sur l’atlas des dommages du projet international anglophone POPART (Preservation of Plastic ARTefacts in museum collections) et travaillons également en collaboration avec la TH Köln.

Classification des matières plastiques mentionnées plus haut en groupes de soins en fonction d’états des lieux des objets et de mesures de conservation.

En fonction de leur degré de stabilité et de leur état, nous classifions les objets en matières plastiques des deux collections en différents groupes de soins afin de pouvoir prendre des mesures spécifiques à chaque groupe, comme des mesures concernant, par exemple, la régularité des contrôles de l’état et du renouvellement des matériaux d’emballage, des mesures de conservation spécifiques, la cartographie des risques pour la santé des collaborateurs, l’estimation du risque de dégradation d’objets et matériaux se trouvant à proximité immédiate d’objets en matière plastique, etc. Pour cette section, nous travaillons à une bonne classification, à la traduction en néerlandais du consensus international et de la littérature qui existent à ce sujet, ainsi qu’à une approche performante de l’état des lieux dans les phases 2 et 3. Nous travaillons provisoirement avec cinq groupes de soins en fonction de la vulnérabilité des matériaux et de leur stabilité au moment du contrôle. Les matières plastiques qui se dégradent le plus rapidement relèvent toujours de la cinquième catégorie, qui requiert le plus de soins.

Pour les contrôles de l’état des objets, nous utilisons également une ‘fiche d’état’, sur laquelle nous définissons le groupe de soins pour chaque pièce des collections et notons une description détaillée de l’état physique et des mesures de conservation requises.

TUP-0005_00-14

Identification des matières plastiques et des techniques sur la base d’une recherche à la source

Pour cette section, nous nous concentrons sur les objets les plus récents de la collection de Design Museum Gent, pour lesquels des informations produit fiables sont plus fréquemment disponibles en ligne. Nous commençons par contacter les designers et producteurs dont nous conservons un grand nombre d’objets. Pour les objets plus anciens, nous comptons sur les analyses DIY et les analyses scientifiques (voir ci-dessous). Nous screenons également les collections d’autres institutions comportant des objets identiques ou pour lesquelles des recherches ont déjà été menées sur certains types de matières plastiques.

Phase 2: 1.7.2019 – 30.6.2020


Utilisation du Plastic Identification Tool : une méthode DIY d’identification des matières plastiques

Pour l’examen physique des pièces pour lesquelles la recherche à la source ne permet pas d’obtenir suffisamment d’informations, nous pouvons utiliser le Plastic Identification Tool développé par la Fondation pour la conservation de l'art moderne (SBMK) et le Institut néerlandais pour la conservation, des arts et des sciences (NICAS) dans le cadre de leur ‘Plastics Project’. D’avril 2017 à avril 2019, ce projet a réuni des scientifiques ainsi que dix grands musées et gestionnaires de collections aux Pays-Bas, à savoir Bonnefantenmuseum, Centraal Museum Utrecht, Gemeentemuseum Den Haag, Kröller-Müller Museum, Museum Boijmans Van Beuningen, Schunck*, Stedelijk Museum Amsterdam et Van Abbemuseum. En outre, la Rabo Art Collection et les Kunstcollecties van de Rijksdienst sont également impliquées. Le RCE dirige ce projet dans le cadre du partenariat NICAS (RCE, Rijksmuseum, formation Conservation & Restauration de l’Université d’Amsterdam, TU Delft).

Le Plastic Identification Tool permet aux gestionnaires des collections et aux restaurateurs d’identifier et de surveiller eux-mêmes une grande partie de leurs matières plastiques. Un questionnaire et un kit de référence contenant des échantillons leur permettent, en observant, sentant, écoutant et touchant les objets, d’identifier un type spécifique de matière plastique, dont cinq sont les plus problématiques et nécessitent une action rapide. La méthode peut être mise en œuvre sur place par des collaborateurs formés en interne. Avec ce projet, Design Museum Gent et S.M.A.K. introduisent cette méthode en Flandre. Le RCE enseignera la méthode aux partenaires du projet ainsi qu’aux membres du Groupe consultatif (voir ci-dessous) lors d’un workshop intensif.

Réalisation d’un premier état des lieux

En partant des groupes de soins définis dans la première phase, nous commençons l’état des lieux systématique de tous les objets en plastique déjà identifiés dans cette phase. Nous (ré)identifions l’état (des parties en) matière plastique de chaque objet et classons celui-ci dans un groupe de soins en fonction du suivi ultérieur de son état et de la définition de priorités sur le plan de la conservation préventive. Pour chaque objet examiné, nous remplissons la même ‘fiche d’état’ et inscrivons une partie des informations obtenues dans Adlib. Cet état des lieux se poursuivra au cours de la phase 3.

Phase 3: 1.7.2020 – 30.6.2021


Recherche scientifique

Après la recherche à la source et les analyses DIY, il reste un groupe d’objets en matière plastique non identifiée (= le groupe résiduel). Pour celui-ci, nous utilisons les méthodes spectroscopiques scientifiques existantes, telles que FTIR ou RAMAN, pour lesquelles des échantillons d’objets sont généralement nécessaires. Notre partenaire RCE a déjà acquis une grande expérience dans ce domaine. Outre l’équipement nécessaire, ils disposent également d’une grande base de données d’échantillons. Notre partenaire IRPA est également expérimenté dans ce domaine, mais souhaite se concentrer encore davantage sur celui-ci dans le futur. L’atelier de conservation des textiles, costumes et accessoires historiques et contemporains’ et les scientifiques de la conservation du département Laboratoires travailleront ensemble à cette fin, ce qui nécessite une coordination et la collecte d’échantillons en vue de la création d’une base de données de référence. Nous voulons y travailler avec l’IRPA durant cette phase du projet.

Poursuite de l’état des lieux + élaboration de directives pour le nettoyage, la conservation et la présentation des différents plastiques / groupes de soins

La réalisation de l’état des lieux de la phase 2 est poursuivie. Au cours de cette phase, nous développons l’approche du suivi de l’état des objets. À la fin du projet, nous disposerons ainsi d’un bon aperçu de l’état des matières plastiques présentes dans nos collections, du nombre d’objets par groupe de soins et de leurs besoins. Durant cette phase, nous rédigerons également des directives internes relatives au nettoyage, à la conservation et à la présentation de chaque (groupe de) matériau, que nous mettrons dans la mesure du possible directement en œuvre.

Partenaires, groupe de pilotage et groupe consultatif

DES.-1995.07

Design Museum Gent réalise le projet en collaboration avec S.M.A.K. Les deux collections feront l’objet d’une étude dans le cadre du projet. La mise en commun des forces de ces deux musées nous permet de combiner deux perspectives importantes, à savoir l’art moderne et contemporain d’une part, et les arts appliqués et le design d’autre part. Nous pouvons compter sur la précieuse contribution de trois partenaires internationaux, à savoir le RCE, l’IRPA et l’Université technique de Cologne. Le RCE conseille et accompagne / soutient. Il organise le workshop sur le Plastic Identification Tool. L’IRPA conseille, réalise les analyses scientifiques et suit le workshop du RCE, également dans l’intention de transmettre ultérieurement ces connaissances et expériences au secteur du patrimoine belge. Le Cologne Institute of Conservation Sciences (CICS) de la TH Köln dirige le projet ’KuWerKo. Kunststoff, ein moderner Werkstoff im kunsthistorischen Kontext’, pour lequel ils collaborent avec la collection du Deutsches Kunststoff Museum. Nous travaillons avec eux à la poursuite du développement des thésaurus en anglais, concernant les différents types de dommages et l’exploration des possibilités d’une plateforme en ligne permettant à plusieurs institutions de partager leurs résultats d’analyses d’objets en matière plastique.

Le Groupe de pilotage surveille la conception et le bon déroulement du projet. Les membres sont Suzan De Groot (RCE), Griet Kockelkoren (IRPA), Claudia Kramer (S.M.A.K.) (remplacée par Francis Berry (S.M.A.K.)), Ruth Goris (Design Museum Gent), Annelies De Mey (Design Museum Gent), Hannah Hendrickx (Design Museum Gent) et Eline van der Velde (responsable du projet Design Museum Gent – S.M.A.K.).

Au sein du Groupe consultatif, nous réunissons des acteurs flamands et belges disposant d’une importante collection de matières plastiques ainsi que d’un conservateur en interne. Les membres sont Griet Kockelkoren (IRPA), Kim Verkens (MoMu), Annelies De Mey (Design Museum Gent), Eline van der Velde (Design Museum Gent), Ruth Goris (Design Museum Gent), Claudia Kramer (S.M.A.K.), Frances Berry (S.M.A.K.), Nina Serulus (ADAM Brussels Design Museum), Christine Lambrechts (Mukha), Wim Fremout (IRPA), Iris Paschalidis (S.M.A.K.), Ann Deckers (FOMU), Barbara De Jong (Mu.Zee), Hannah Hendrickx (Design Museum Gent), Pieter Neirinckx (Le musée de l’industrie/La maison d’Alijn) et Francisca Vande Pitte (Musée Modern Museum, KMSKB).

Cette recherche sur l'identification des matières plastiques et la réalisation d'un état des lieux de tous les objets en plastique des collections de Design Museum Gent et S.M.A.K. s’inscrit dans le cadre d'un projet de trois ans soutenu par le Gouvernement flamand. Pour davantage d’informations, contactez Eline van der Velde, responsable du projet, via eline.vandervelde@stad.gent.